Comment éviter et lutter contre l’andropause? Les solutions

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



Baisse de libido, diminution de la masse musculaire et de la masse osseuse, trouble de l’humeur, prise de poids ou encore insomnie ; l’andropause peut être la cause de divers troubles affectant la qualité de vie d’un homme. Bien que l’andropause ne soit pas une maladie, mais plutôt une condition que certains hommes connaissent au cours de leur vie. Nombreux sont ceux qui pensent que l’andropause est pour les hommes ce que la ménopause est pour les femmes. Pourtant, il faut savoir que ces deux troubles, bien que leurs symptômes soient assez similaires, restent assez différents.

Comment éviter et lutter contre l'andropause? Les solutions

Le terme « andropause » vient du grec andros (homme) et pausis (cessation). Les scientifiques et les médecins définissent l’andropause comme étant l’ensemble des symptômes psychologiques et physiologiques accompagnant la baisse de testostérone chez l’homme vieillissant. L’andropause n’est donc pas une maladie, mais plutôt un état naturel par lequel certains hommes doivent passer à un certain âge. Selon les études et les observations de scientifiques, l’andropause surviendrait vers l’âge de 45 à 65 ans.

Tout comprendre de l’andropause

L’andropause reste jusqu’à maintenant sujette à controverse. En effet, si pour certains, il s’agit d’un reflet de l’âge ou du vieillissement normal, l’andropause est pourtant vue comme étant un dysfonctionnement par certains. Par ailleurs, la testostérone, seul médicament proposé jusqu’à maintenant pour en soulager les symptômes, demeure non efficace.

À un certain âge, notamment entre 45 et 65 ans, la production d’hormone masculine est réduite chez certains hommes. Elle peut même cesser, ce qui provoque un manque de testostérone. Selon les médecins, l’andropause est l’ensemble des symptômes physiques et physiologiques dû à ce manque ou à la baisse de testostérone.

L’andropause n’est pas une ménopause masculine

Soulignons le fait que nombreux sont ceux qui pensent « à tort » que l’andropause est le pendant masculin de la ménopause. Cet amalgame s’explique plus facilement par les similarités entre la ménopause et l’andropause. Il faut savoir que ces problèmes relèvent tous de troubles des hormones.

Comme nous le savons, les femmes arrêtent d’ovuler à un certain âge, et ne peuvent donc plus enfanter. C’est la ménopause, qui arrive généralement vers la cinquantaine, et est marquée par une période de trouble hormonal, notamment la chute brutale du taux d’œstrogène et de progestérone. Les symptômes les plus fréquents sont les bouffées de chaleur, la sècheresse vaginale et les troubles du sommeil.

Dans le cas des hommes, le taux de testostérone ne connait pas une baisse brutale, mais baisse plus progressivement dès 30 ans. Il s’agit d’un phénomène naturel dû simplement à l’âge. Toutefois, cela n’indique pas que l’homme vieillit plus vite que la femme. Certes, la baisse s’amorce à partir de 30 ans, mais les effets de cette baisse ne se font sentir qu’après la quarantaine.

Malgré le fait que la ménopause et l’andropause s’associent toutes à la vieillesse et à la baisse de production d’hormone sexuelle, les deux phénomènes ne sont pas comparables. Si toutes les femmes passent par la ménopause, ce n’est pas le cas pour la gent masculine. L’andropause ne touche pas tous les hommes. Selon les statistiques scientifiques, 3 % des hommes seulement sont aujourd’hui concernés par les signes de l’andropause. Notons également le fait que, contrairement aux femmes qui ne peuvent plus enfanter après la ménopause, l’andropause n’est pas synonyme de stérilité chez les hommes.

Qui est concerné ?

Il n’est plus à présenter que l’andropause ne concerne que les hommes. Toutefois, pour ce qu’il en est de définir quels hommes sont touchés, les recherches n’ont pas encore de réponse précise. Par ailleurs, comme l’andropause reste peu connue et rarement dépistée, il n’existe pas de données exactes sur le nombre d’hommes qui en souffrent.

Une étude menée en 2010 par l’European Male Aging Study affirme pourtant que seulement 2 % des hommes entre 40 et 80 ans seraient concernés. Selon les résultats de cette étude, 3 % des hommes ayant entre 60 et 69 ans souffrent des effets de l’andropause. Pour les hommes âgés de 70 à 79 ans, la proportion est de 5 %.

Cette même étude a avancé quelques points communs concernant les personnes qui souffrent de l’andropause. Il y a, entre autres, l’âge, mais aussi l’obésité, ainsi que d’autres problèmes de santé.

Andropause précoce

A noter également les cas d’andropause précoce qui, selon les médecins et les chercheurs, dépendent principalement des conditions de vies de chacun. Ainsi, le risque d’andropause s’accroit avec l’âge, surtout une fois que le pic hormonal des 20 ans est passé. Chez certains hommes, l’andropause précoce peut s’amorcer dès 20 ans.

Toutefois, il faut savoir que tous les hommes ne subissent pas forcément ce même trouble. Pour ceux qui en souffrent, l’andropause ne s’installe pas au même âge.

Symptômes et diagnostic de l’andropause

Diagnostic de l’andropause

Comme l’andropause n’est que peu connue, les méthodes de diagnostic des médecins se basent avant tout sur un entretien avec le patient. Il faut savoir qu’avec l’âge le taux de testostérone diminue, mais l’andropause est une version plus intense de ce problème. Elle se caractérise ainsi par un taux de testostérone anormalement bas. Pour s’en assurer, le médecin commence par une série de questions sur les symptômes vécus par le patient, c’est le « Test d’Adam ».

Pour écarter toutes autres possibilités, le médecin procèdera par la suite à une série d’analyses, et demandera même un bilan de santé complet. Il est possible que les symptômes soient attribués à une maladie chronique. Mais, c’est en se basant sur le taux de testostérone dans le sang qu’il pourra établir un diagnostic précis.

Les symptômes et les risques de complication

Bien que les symptômes puissent varier d’un homme à un autre, il existe des traits symptomatiques assez similaires et fréquents. Les principaux symptômes de l’andropause sont la diminution de l’appétit sexuel et les problèmes érectiles. Toutefois, l’homme atteint d’andropause peut également souffrir d’autres troubles psychologiques et physiologiques : l’insomnie et les troubles du sommeil, la prise de poids et la sudation excessive, entre autres.

Les observations de certains scientifiques ont également permis de noter des symptômes psychologiques, dont la dépression, l’irritabilité et les sautes d’humeur. Tout comme chez une femme en période de ménopause, les bouffées de chaleur sont également fréquentes. En plus de cela, l’on note également une baisse de tonus pour les hommes qui passent par l’andropause. Cette baisse de tonus se marque autant par une perte d’énergie que par une perte de force et de masse musculaire.

Pour un homme atteint d’andropause, les complications incluent l’augmentation des risques de maladie cardiovasculaire et d’ostéoporose.

Causes de l’andropause

Selon les scientifiques, l’andropause est principalement due à la baisse progressive du taux de testostérone chez les hommes. Pour mieux comprendre le problème, il est important de se focaliser sur l’importance de la testostérone pour l’organisme mâle.

Il faut savoir que cette hormone sexuelle est prépondérante chez l’homme, et s’associe toujours avec la fertilité et la vitalité. C’est à cette hormone masculine que l’on doit les caractères sexuels masculins qui se développent encore plus à la puberté. Cette hormone aide également dans le maintien de la fermeté des muscles et de la santé des os. Il en est de même pour la production de sperme et de globule rouge.

Ce sont les testicules qui produisent la testostérone, suivant les signaux envoyés par les glandes situées dans le cerveau, à savoir l’hypothalamus et l’hypophyse. La production de testostérone est inhibée par plusieurs facteurs. Une fois produite, elle circule dans le sang pour se lier à plusieurs récepteurs dans de nombreux tissus du corps.

Avec l’âge et à cause de nombreux autres facteurs, la production de testostérone baisse. C’est la cause de l’andropause. Avec l’âge, non seulement le taux de testostérone est en baisse, mais le taux d’une autre hormone est en hausse : c’est la globuline reliée aux hormones sexuelles. Également appelée SHBG, cette autre hormone retire de la circulation sanguine la testostérone utilisable. De fait, le reste de testostérone qui n’est pas liée à la SHBG, appelée testostérone bioutilisable n’arrive plus à compenser les besoins.

Le stress chronique

C’est une des conditions de vie entraînant et favorisant l’andropause. Le stress agit de manière négative sur l’axe hypophyso-hypothalamo-testiculaire, en réduisant la production de la LH. C’est pourtant ce centre nerveux et cette hormone qui régule la production de testostérone.

Le manque de sommeil

C’est lors d’une étude menée sur 12 hommes en bonne santé âgés entre 64 et 74 ans qu’il a été défini que la durée de sommeil agit également sur la production de testostérone dans la matinée. Sur le long terme, les effets du manque de sommeil peuvent gravement réduire la quantité de testostérone dans le sang.

Diabète et syndrome métabolique

Les personnes souffrant de diabète de type 2 et de syndrome métabolique ont souvent des excès de gras. Pourtant, les études ont démontré que l’accumulation de tissus adipeux contribue à augmenter le taux d’aromatase. Il s’agit d’un enzyme qui transforme une partie de la testostérone en estradiol.

La dépression

Un faible niveau de testostérone peut être lié à la dépression. L’inverse est également vrai.

L’alcool

L’alcool influe à la fois sur l’hypophyse, sur l’hypothalamus et sur les testicules. Une forte consommation d’alcool interfère sur la fonction des cellules de Leydig, dans les testicules. Pourtant, ce sont ces cellules qui produisent la testostérone.

Les traitements possibles pour soulager les symptômes de l’andropause

Pour traiter l’andropause ou, du moins, les effets de la baisse de testostérone, les médecins préconisent principalement un traitement symptomatique. Puisque c’est la testostérone qui est en chute, il faut compenser le manque.

Ainsi, pour la hausse de SHBG dans le sang, il se peut que ce soit causé par des pathologies ou des traitements médicamenteux. Résoudre cela permettrait de retrouver un niveau de testostérone normal.

Pour ce qui est de l’administration de testostérone, plusieurs solutions sont aujourd’hui disponibles, à savoir : les injections intramusculaires, les comprimées, les gels transdermiques, les patches épidermique…

Toutefois, nombreux sont les risques qui pèsent sur la santé de ceux qui préfèrent ce traitement par consommation d’hormone. Il y a, entre autres :

• l’augmentation de caillots sanguins, ce qui rend accrus les risques d’accident vasculaire cérébral ;

• les risques de développer un cancer du sein ;

• les risques d’hypertrophie de la prostate et même d’un cancer de la prostate à cause du flux d’hormones ;

• un risque de cancer de foie…

Les solutions naturelles

Face aux risques importants que représentent les traitements par testostérone, il est conseillé de choisir les traitements naturels. Outre le fait que ces types de traitements n’ont aucun effet secondaire, ils permettent également d’apporter un petit plus pour votre santé. Selon les scientifiques, les traitements naturels les plus simples sont ceux qui peuvent le plus agir contre les symptômes de l’andropause. Les traitements naturels consistent principalement en une réorganisation ou une révision du mode de vie.

Réapprendre à vivre avec son corps

C’est sans doute la première chose à faire, et surtout celle qui vous aidera à soulager les symptômes de l’andropause. Les symptômes sont là, vous ne pouvez qu’essayer de vous y adapter, pour qu’ils ne deviennent pas des gênes à part entière dans votre vie. Il faut savoir que l’andropause vient avec l’âge et la vieillesse, et vous ne pouvez pas faire un retour en arrière. Aussi, pour être heureux et épanoui, il faut apprendre à vivre avec ces nouvelles conditions. Ce qui n’implique pas qu’il faille se laisser aller. Si vous êtes fatigué, faites une sieste ; vous sentez la déprime, et la démotivation vous atteindre, pensez à faire des choses qui vous plaisent, sortez et amusez-vous… Souvenez-vous que l’humeur et la production de testostérone sont étroitement liées.

Faire du sport

Le sport est important pour rester en bonne santé et garder la forme. C’est d’autant plus important si vous souffrez des symptômes de l’andropause. Si vous n’êtes pas encore à ce stade, faire du sport vous permettra d’éviter la diminution de testostérone dans le sang. Le sport et les activités physiques permettent autant de se défaire du stress, mais aussi de garder sa ligne et son poids. Il est scientifiquement prouvé que les personnes qui pratiquent des activités physiques régulières arrivent à assurer le bon fonctionnement des muscles, et à rester jeunes et fortes assez longtemps. Les effets du sport sur l’organisme agissent également sur la sécrétion de testostérone et le maintien de son taux à un niveau normal dans le sang.

Revoir son régime alimentaire

En plus du sport, l’alimentation est également un point important pour la santé. Une alimentation saine et équilibrée permet à l’organisme de toujours avoir les apports quotidiens nécessaires. Dans le cas de l’andropause, le traitement naturel par l’alimentation permet de soulager certains symptômes, dont les troubles érectiles, les troubles du sommeil… Surveiller et gérer son alimentation est également un moyen efficace pour éviter le surpoids, qui influe largement sur l’andropause. Il permet également de réduire la dépression et le stress, tout en gardant une meilleure forme.

Éviter la graisse abdominale

Avec l’âge, et surtout pour les personnes qui souffrent d’andropause, la graisse abdominale est à la fois un facteur de risque et un symptôme. Pour les personnes qui ont un surpoids, il est impératif de consulter un nutritionniste en plus de faire du sport. Il est également important d’éviter autant que possible les aliments à fort taux de sucre et sel ajoutés, ainsi que les aliments transformés et repas préparés (fastfood).

Éviter l’alcool

Bien avant la trentaine, pour éviter de présenter des risques d’andropause, il faut éviter autant que possible la consommation d’alcool. Au risque de se répéter, l’alcool agit directement sur les glandes qui régissent la sécrétion de testostérone. En d’autres termes, l’alcool agit sur l’hypophyse, l’hypothalamus et les testicules. Mais, il affecte principalement les cellules de Leydig, au niveau des testicules. L’alcool, consommé à forte dose, peut être ainsi responsable de l’infertilité et de troubles érectiles.

Faire attention aux pesticides

De récentes études ont démontré que les pesticides ont également un rôle dans la diminution du taux de testostérone dans le sang. Ainsi, il est conseillé d’éviter autant que possible le contact et l’ingestion de pesticides, et notamment dans les aliments traités. La meilleure solution serait donc de privilégier une alimentation bio.

Consulter un psychologue

Pour un homme qui fait face aux symptômes de l’andropause, il est souvent difficile de l’accepter, et notamment face aux changements qu’ils impliquent. Mais, c’est surtout qu’on a souvent du mal à accepter la vieillesse. C’est là qu’il devient nécessaire de faire appel aux services d’un psychologue. Ce spécialiste peut vous aider dans le travail d’acceptation de soi-même et de la vieillesse. Suivant les cas et selon les personnes, le psychologue peut préconiser une thérapie permettant de vous adapter aux changements. De fait, vous pourrez accepter facilement cela, ce qui peut avoir des effets bénéfiques sur l’andropause. Les thérapies peuvent également être pratiques pour soulager les symptômes en eux même, à savoir : l’insomnie, le stress, la déprime…

Consulter un sexologue

Le rôle d’un sexologue est particulièrement axé sur votre vie sexuelle. Ce spécialiste peut vous aider à mieux comprendre votre corps, vos sensations et vos pulsions pour vous aider à retrouver votre libido. Suivant les symptômes et leurs causes, il est en mesure de mettre en place des exercices de manière à vous aider à mieux gérer votre érection, votre libido… En se basant sur les nouveaux mécanismes de votre corps, ces exercices peuvent, sur le long terme, vous aider à reprendre le dessus sur l’andropause. En tant que professionnel, le sexologue peut également vous conseiller des aphrodisiaques naturels, pour que vous n’ayez plus besoin de vous traiter à base de testostérone.

Un traitement naturel que vous pouvez faire chez vous

L’alimentation est la base même de la santé. C’est également le principal carburant qui nous permet de rester en pleine forme, énergiques et pleins de tonus. Il est logique que si le carburant n’est pas de meilleure qualité, le moteur aura des problèmes, ou ne fonctionnera pas au maximum de ses capacités. Il en est de même pour notre organisme. Le corps à besoin de plusieurs éléments, minéraux et apports pour tourner au maximum de ses capacités. Pour ce qu’il en est de la testostérone, le corps a besoin de certains ingrédients afin de garder le rythme. Voici quelques astuces alimentation pour vous y aider :

• L’avocat : riche en vitamine B6, il booste la production de dopamine et, donc, la sécrétion de testostérone. Contenant également du potassium, il agit positivement sur la production d’hormones sexuelles.

• L’ananas, l’orange, le citron : Fortement chargés en vitamine C, ces fruits font partie des traitements naturels efficaces pour regagner du tonus, et limiter ainsi les symptômes de l’andropause.

• Le gingembre : Le côté aphrodisiaque du gingembre en fait un excellent atout pour lutter contre l’andropause. Mélangé avec le citron et un peu de miel, c’est autant un soin naturel pour la toux, mais aussi un aphrodisiaque efficace.

• La pastèque : Bien que la pastèque n’agisse pas directement sur le taux de testostérone dans le sang, elle a un effet vasodilatateur. De fait, consommer des pastèques de temps en temps permet de lutter contre les troubles de l’érection.

Ces aliments peuvent autant être inclus dans votre alimentation quotidienne que se consommer en mixture quotidiennement (smoothies, jus de fruit…). Toutefois, pour observer un résultat, il est important de combiner tout cela avec un mode de vie sain.

Conclusion

L’andropause n’est pas en lui-même une maladie, mais une condition par laquelle certains hommes passent. Pour beaucoup de médecins, l’andropause n’est autre que la conséquence d’un mauvais mode de vie. Ainsi, la manière la plus efficace contre l’andropause reste la prévention. Pour cela, plusieurs options sont possibles, et toutes se concentrent sur un point essentiel : un mode de vie sain. Comme l’andropause peut arriver précocement, il est nécessaire de commencer à prendre soin de sa santé dès son plus jeune âge. Cela permet à la fois de garder sa ligne et sa santé, et de se protéger contre l’andropause.

Blog